Vous avez dit racisme ?


C’est reparti pour un tour, le racisme fleure bon dans nos provinces et les émules d’Adolf – pas de Joseph – aiguisent leurs couteaux en nous promettant une longue nuit pas du tout de neige.

Alors qu’en ce début 2012, l’heure devrait être au rassemblement, à l’union sacrée devant les malheurs qui nous assaillent et faire en sorte de ne pas sombrer corps et âmes, quelques plaisantins savourent leurs démarches de dénonciations de ce terriiiiible danger, et bien sur dressent toutes les guillotines de la planète. On appelle à la haine, voire au meurtre pour tout ces gens qui ne pensent pas comme eux.

Le racisme , avatar du relativisme issu lui-même du subjectivisme ( cf, la « théorie » des droits DE l’homme, au lieu des droits des hommes pris dans un certain milieu), est la boussole qui mène le monde, dont la direction est constamment suivie par des millions de moutons qu’un Panurge aurait bien du mal à distinguer. Si au départ, ce mot pouvait être admis en tant qu’injure, voire diffamation, et condamné comme tel, il s’est vite transformé en principal moteur de contrôle des idées de tout un chacun.. Et les efforts pour expliciter ses idées sont rejetés systématiquement, car on ne s’attaque pas à un dogme.

On a voulu abattre un « despotisme », et on l’a remplacé par une idéologie tyrannique d’autant plus dangereuse que cette idéologie se prétend valable en tous temps et en tous lieux, indépendamment des situations personnelles et des conditions politiques, sociales, géographiques, climatiques et historiques. C’est Orwel qui a raison sur Désir ( en difficultés avec la justice…) et ses copains .
On ne peut plus rien dire ni même penser, et si autrefois l’ennemi s’appelait Satan, aujourd’hui, le diable porte moustache et toute notre « justice » s’arcqueboute la dessus.

En effet, si les hommes ont les mêmes droits, c’est qu’ils sont partout les mêmes. On aboutit donc, non seulement au conformisme individuel, mais à la fin des diversités et à la destruction des traditions, des coutumes et des cultures. Finies les richesses infinies que l’on pouvaient découvrir sur toute la planète. A l’uniformisation totale sur le plan culturel, où la merde et la pisse emplissent nos théâtres grassement subventionnés par Vos impôts – et les miens – s’ajoute la généralisation de la démocratie, au besoin par la force, comme on vient de le voir en Irak, Tunisie, Libye, Syrie…. On comprend pourquoi Monsieur Fukuyama a prédit la fin de l’histoire pour bientôt !
Alors racisme – antiracisme. Pour supprimer l’effet, il faudrait supprimer la cause.
Quant à moi, je proposerais dans un premier temps quelques bons coups de pied aux fesses à tous les laudateurs de cet infernal tour de magie.

Au fait, le racisme anti-blanc n’existe pas, bien qu’un seul procès soit encore en étude.

De Harlem:«Quand un Français tue un arabe, c’est un crime raciste, quand un arabe  tue un Français, c’est un accident.»

 

PS : un M. Finkielkraut a dit des choses très intéressantes la dessus.

A propos de blh

2 commentaires

  1. Mauvaise foi de juifs !? Quelle horreur.

    Ce clip est des meilleurs en la matière. A consommer sans ..
    Après ça tout humain normal, revoit sérieusement son juge
    ment.

  2. Infernal tour de magie !!!….bien dit !!!!
    Avec la disparition de tout ce qui faisait la beauté et l’ intéret des diversités , accompagné d’un aplatissement infecte et navrant des cultures ….
    Plus que  » tour de magie  » …un CRIME contre l’ humanité tout entière …

Répondre